Vidéo 1 | Vidéo 2 | Vidéo 3 | Vidéo 4 |
Vidéo 5 | Vidéo 6 | Vidéo 7

Voilà comment ils enseignent l’éducation sexuelle à la télévision de la Norvège

Une femme enlève la serviette d’un homme qui vient de sortir de la douche. La scène se passe dans un vestiaire. Après la nudité totale, la jeune fille s’assied et, sans y penser a deux fois, commence a toucher chaque partie de son pénis qui, pour la deuxième fois, occupe 100% de l’écran. Les testicules sont écrasées, frottées avec de la glace pour qu’elles rétrécissent; le sperme est étudié avec un microscope …

Non, sans tenir compte des avertissements de YouTube –  » cette vidéo pourrait être inappropriée pour certains spectateurs  » – ceci n’est pas un film porno. La séquence fait partie de  » Newton  », la contribution de la télévision nationale de la Norvège pour l’éducation sexuelle des enfants.

L’aventure a commencé en mai passé sur le canal NRK. Entretemps, le réseau de télévision nationale scandinave a lancé ‘Pubertet’, (qui se traduit par «la puberté» en français), une mini série de huit chapitres dans lesquels les aspects les plus importants de cette période vitale sont expliqués.

Des sujets tels que la croissance, la mue de la voix, l’apparence de poils, la reproduction ou le sexe, sont apportés à une audience composée d’enfants en utilisant un langage simple, didactique et direct. Très direct.  » Nous voulons être clairs, voilà pourquoi, pour illustrer comment le corps de l’enfant se transforme en celui d’adulte, nous utilisons des modèles réels  », a dit Erling Normann, responsable de «Newton», le spectacle de science qui a décidé de choquer l’audience en incluant cette production.  » Nous rejetons toute boîte de connotation sexuelle  » a-t-il ajouté.

Radiographie de ‘Pubertet’

Une image d’une partie du corps masculin envahit la TV. Voilà comment «Le pénis», le premier épisode, commence. Cet épisode enseigne le public au sujet de la complexité du monde des hommes.  » En ce moment, alors que vous n’êtes qu’un enfant, vous n’utilisez votre « pipi » que pour uriner. Mais éventuellement, vous allez l’utiliser pour quelque chose d’autre  ». Voici comment Line Jansrud, l’animateur de l’émission, dit bonjour à l’auditoire. Elle adopte un ton drôle et accessible. Sans introduction préalable, la leçon commence.

Des sujets tels que le changement de la taille du pénis, ses différentes parties, l’apparence des poils du corps, la croissance des testicules, la production de spermatozoïdes ou du sperme sont expliqués à travers des illustrations, des photos prises par des microscopes, des dessins sur des tableaux noirs faites par la journaliste et de véritables corps humains qu’elle montre et touche sans hésitation. Tout ceci en moins de six minutes.

Une autre image en arrivant au chapitre «Le vagin et la menstruation», cette fois c’est un vagin. Encore une fois, Jansrud prend des photos et des modèles en chair et en os. Ils contribuent à montrer l’anatomie du vagin ou à montrer à travers des dessins sur la peau l’emplacement des ovaires. Quelques minutes après, visant à montrer les différents orifices de la matrice femelle, ‘Pubertet’ montre un modèle en plastique. Pour expliquer processus de l’ovulation, elle choisit d’utiliser des oeufs.

En ce qui concerne les règles, le modèle se met de côté pour un moment, l’hôtesse prend un liquide rouge, des compresses et des tampons et les utilise pour représenter l’arrivée des règles, le risque d’une grossesse au cas où un œuf est fécondé par un spermatozoïde, ce qu’il faut faire au sujet du saignement et les raisons derrière le fluide vaginal qui tache les sous-vêtements.

 » L’avantage de Pubertet est qu’il est diffusé à la télévision nationale. En outre, les chapitres sont téléchargés sur Internet. Tous les jeunes peuvent y accéder  » soutient Normann, qui avoue avoir regardé la série avec ses enfants âgés de onze ans.  » Ils ont apprécié le spectacle et j’ai profite de l’occasion pour leur parler de sexe » a-t-elle ajouté.

Comme prévu, et compte tenu de sa fonction didactique, le spectacle n’a pas de limites d’âge. Il est adapté à tous les publics.  » Les règles applicables aux medias en Norvège établissent qu’une limitation n’aura lieu que si le contenu est nocif pour le jeune public  ». Voici ce que la responsable de la production avance, puis elle ajoute:  » Pubertet ne nuit pas à personne. Bien au contraire ».